De retour à Albi au printemps 1940 après une permisssion de convalescence, la caserne Lapérouse est quasiment vide. Les compagnies sont installées à la Viscose, dans le quartier La Renaudié, près du camp militaire Saint - Antoine. Il se retrouve dans une ambiance de vide et de désoeuvrement.
Vaguemestre, il récupère fin mai, à la poste une grosse enveloppe. En la rapportant à la caserne il pressent l'importance de son contenu. Elle renferme l'ordre de monter en ligne pour la 509° CDAC à laquelle il est affecté.

Le 3 juin 1940 la compagnie quitte Albi pour se rendre à Granville, au Cours pratique de tir de l'infanterie et des chars.
Les hommes sont casernés dans la citadelle. Les exercices de tir en mer se déroulent depuis les falaises.
Après une huitaine de jours "passés au bord de la mer", une découverte pour la plupart des soldats, la compagnie doit rejoindre 
Saint Cyr l'Ecole, en région parisienne, pour percevoir le matériel (canons de 25 mm, moyens de traction, véhicules etc.). Elle y arrive le 12 juin au matin.
La compagnie se retrouve dans l'oisiveté. Le commandement veut la doter d'équipages hippomobiles, mais un adjudant d'active insiste fortement pour disposer de véhicules tracteurs à chenillettes. Ce voeu est finalement exaucé. 

Les déplacements se sont faits dans le flot des réfugiés.
La peur et la désorganisation se sont emparées du pays, nous sommes à une vingtaine de jours de la fin des hostilités.

La compagnie se retrouve sans ordre de mission.
Son commandant, le lieutenant Nougairède décide de se mettre à la disposition de l'état major de la région de Versailles. 
La 508ème C.D.A.C. qui était en instruction à Granville à la même période, se retrouve dans la même situation. Son commandant, le lieutenant Méjean adopte la même attitude.

Le 13 juin la 509ème C.D.A.C. est dirigée vers le 10° Corps d'armée de l'Armée de Paris pour être affectée à la 8ème Division légère d'infanterie coloniale - 8ème DLIC. Cette division se bat au sud de la Seine pour en empêcher le franchissement par l'ennemi. Cette unité va au fil des jours se replier dans la vallée de l'Eure pour gagner la nouvelle ligne de front de la Loire.

Le 14 juin la 509ème C.D.A.C. est mise à la disposition du 1er Bataillon du Régiment d'infanterie coloniale du Maroc - R.I.C.M..
La 508ème C.D.A.C. sera mise à la disposition du 2ème Bataillon du R.I.C.M.

Je décris dans les pages suivantes le dispositif militaire dans lequel la 509ème C.D.A.C. va s'insérer :
Armée de Paris, 8ème DLIC, Régiment d'infanterie coloniale du Maroc