Le général Weygand, nouveau général en chef des armées a décidé de réorganiser le front pour stopper l'avancée allemande.
Il passe d'ouest en est par les vallées de la Somme et de l'Aisne, se prolonge vers Montmédy et Longuyon jusqu'à la ligne Maginot.

Les forces engagées sur la Somme et l'Aisne sont la X° Armée et le 9° Corps d'armée.
L'armée allemande attaque cette ligne le 5 juin 1940; elle franchit la Somme le 8 juin.
L'Etat major décide alors de créer une nouvelle ligne de front sur la Seine pour stopper l'offensive ennemie. Les armées se replient sur cette ligne non sans avoir essuyées de lourdes pertes.
Le 9 juin, les troupes allemandes installent des têtes de pont au sud de la Seine. 
Au même moment la division commandée par Rommel fond sur la Basse-Seine pour parvenir à Rouen et au Havre.
Le 10 juin, l'Aisne est franchie par l'ennemi. Le lendemain, Paris est déclarée ville ouverte.
Le 12 juin, La Marne est franchie . Ce même jour le général Weygand ordonne le repli général de l'armée vers la Loire.
Le 14 juin les Allemands entrent dans Paris.  

D’est en ouest, depuis l’Alsace et la Lorraine jusqu’à l’estuaire de la Seine

Groupe d’armées n° 2 – générale Prételat - région fortifiée du Nord-est
VIII° Armée      général Laure
V° Armée        générale Bourret
III° Armée        général Condé

Groupement de la Sarre

Groupe d’armées n° 4 – général Huntziger - de la ligne Maginot à l'Aisne
II° Armée         général Freydenberg
IV° Armée       général Réquin
VI° Armée       général Touchon

Groupe d’armées n° 3 – général Besson - vallées de la Somme et de l'Aisne
VII° Armée                  général Frère
Armée de Paris          général Héring
X° Armée                    général Altmayer

Corps de cavalerie     général La Laurencie
1ère, 2ème, 3ème divisions légères mécaniques

" La guerre avec la France est terminée. En quarante-quatre jours, les armées du groupe B auront défait les défenses néerlandaises et belges et écrasé les armées françaises et anglaises accourues à leur secours. Paris et les cotes françaises sont entre nos mains. Le nombre de prisonniers faits devant le front du groupe d'armées compte plus d'un million et demi d'hommes. Ensemble avec la Luftwaffe, nous avons obtenu une victoire qu'on ne peut pas imaginer plus belle. La jeune armée allemande a donné la preuve de son invincibilité devant le monde entier et devant l'Histoire. La honte accumulée sur notre peuple après la dernière guerre a été éliminée grâce à votre fidélité et à votre courage. La charge la plus lourde reposait sur les épaules de notre armée de terre. Nous voulons la porter, fièrement et joyeusement, dans la ferme volonté d'emporter la victoire pleine et totale."
Général Von Bock, commandant du groupe d'armées B
Citation extraite du livre La France occupée d'Auguste Von Gageneck Edition Perrin